• Le petit N qui pousse des cris d'animaux, qui rote, qui pète, pas autonome pour un sou et qui clame "Chais pas faire, j'ai pas trouvééééééé" dès le premier jour de la rentrée... C'est fait.

    La petite M, qui redouble son CP, dont la mère ne voulait suuuuuuuurtout pas qu'elle soit à nouveau dans ma classe, et qui se pointe toute souriante près de moi le jour de la rentrée, toute surprise que sa petite soit avec l'autre maîtresse... C'est fait. (Rassurez-vous, elle est arrivée sans cartable et sans fournitures, et le mardi, elle était absente: partie acheter les fournitures - toute la journée, bien sûr-)

    La petite N, vendue comme une enfant terrible, pire que son frère (Oh bon sang) à qui sa mère m'a présentée à 8h26 comme "Tu as vu, tu es avec Mme, si tu n'es pas sage, tu seras punie"... C'est fait. Alors que cette petite N fait d'énormes efforts au niveau du comportement depuis 3 jours (Pourvu que ça dure).

    La petite Y, arrivée les mains dans les poches, avec un cartable vide... C'est fait.

    Le père de I, qu'il faut recadrer pour lui rappeler que la fin des classes, c'est 16h30 et pas 16h45... C'est fait. Promis, demain je serai là à 16h30. Pas que demain, monsieur, tous les jours de l'année sans exception.

    La mère de S qui demande qu'on laisse sortir son fils à la récré de 15h pour l'orthophoniste, qui n'est pas là, qui arrive en retard à 15h15 et qui crie au scandale parce que son fils a été mis dans la rue tout seul... C'est fait. (Bon, elle a un peu raison: à 6 ans, c'est juste pour attendre seul dans la rue.)

    Le conseiller pédagogique qui a choisi notre école pour une réflexion sur le calcul mental "parce que vous êtes sympas (sous entendu, vous ne vous tirez pas dans les pattes, vous êtes solidaires) et qui passera nous voir plusieurs fois dans l'année pour observer ce qu'on fait en calcul mental... C'est fait. D'ailleurs il compte passer voir les classes de CP un vendredi après-midi. A nous de lui envoyer le planning et de changer notre emploi du temps. Sûr que du calcul mental en fin d'après midi un vendredi, en fin de semaine, ça sera très productif...

    Les 10 réunions prévues sur le mois de septembre... C'est fait.

    C'est sûr, c'est la rentrée!

    Anecdotes à Institland

     

    Pin It

    22 commentaires
  • Flûte, zut et re-zut!

    Avant, il faut vider son sac de classe, posé depuis deux mois sur une chaise, et faire un peu de tri... Un tout petit peu.

    Flûte, zut et re-zut!

    Pin It

    19 commentaires
  • Imaginons que l'enseignante d'une classe soit absente depuis un mois et demi, et remplacée... 2 jours? 3jours?

    Imaginons que la classe doive partir en voyage à Paris, et qu'elle visite l'Assemblée Nationale...

    Il fallait donner une semaine avant le départ la liste des accompagnateurs, avec date de naissance et lieu de naissance. Je me suis déclarée volontaire pour emmener la classe et roule ma poule!

    9 heures de bus aller retour (merci les embouteillages) pour 1 heure au musée d'Orsay et 1 heure à l'Assemblée. Rendez-vous à 6h35, ça fait un lever à 4h45, parce que 35 minutes de métro quand même. Évidemment, c'est la veille au soir que les voisins ont décidé de se disputer sous nos fenêtres jusqu'à 1 heure du matin. Nuit courte.

    Mais quand même... je n'étais jamais allée au musée d'Orsay, j'y ai vu des chefs-d’œuvre:

    Parfois, ça a du bon

    Parfois, ça a du bon

    Parfois, ça a du bon

     

    Les voir en vrai, c'est quand même autre chose.

    Parfois, ça a du bon

    Après midi à l'Assemblée Nationale, l'hémicycle nous a paru tout petit! Question de perspective, il n'y a jamais que 16 m de hauteur sous plafond...

    Parfois, ça a du bon

    Parfois, ça a du bon

    Parfois, ça a du bon

    Nous avons vu la bibliothèque, 70 000 livres (et 700 000 en stock dans les caves), qui ressemble à celle de Poudlhard... Rien de tel pour appâter les élèves de cm!

    Parfois, ça a du bon

    Enfin, j'ai vu le livre du procès de Jeanne d'Arc, exemplaire de l'évêque Cauchon...

    Parfois, ça a du bon

    Non, parfois, ça a du bon qu'il n'y ait pas de remplaçant!

    Et cerise sur le gâteau: hier, tout le monde était au poste, il n'y a pas eu d'enseignant absent... ça m'a fait tout drôle de ne pas avoir à répartir des enfants dans les autres classes, ni d'affronter la colère des parents!

    Pin It

    19 commentaires
  • Imaginons que ...

    4 instits soient absentes... le même jour, oui, oui... dont trois absences au long cours, prévues ou pas, mais annoncées absentes en gros jusqu'aux grandes vacances.

    Imaginons qu'un cinquième instit soit parti la semaine en classe verte (il en a eu de la chance, lui!)

    Il resterait donc 5 classes pour accueillir les élèves de 4 classes. Soit une moyenne de 19 élèves EN PLUS par classe.

    Imaginons que ça fasse deux semaines que les enseignants absents ne sont pas remplacés, que les effectifs gonflent de 5, 8, 9 10 élèves chaque jour, pour accueillir les enfants qui se présentent...

    - Et là, tu pestes contre l'obligation d'accueillir les élèves, quoi qu'il arrive, et contre les parents, qui ne travaillent pas, mais ne prennent pas leur enfant à la maison, parce qu'il les gênerait pour faire les courses/ le ménage/ le shopping/ le rendez-vous administratif... (excuses déjà entendues et pas inventées) -

    Bref, un matin, où tu dois accueillir près de 20 élèves dans ta classe, tu te rends compte que ça va être compliqué. Tu envoies un gentil mail à l'inspecteur, où tu annonces que tu ne peux plus garantir la sécurité des élèves, en même temps que leurs apprentissages, et donc que tu les accueilleras dans la cour. (Sous entendu: ils restent dans la cour toute la matinée, toute la journée, jusqu'à ce que la situation se débloque, parce que là, tu n'en peux plus)

    Et là, imaginons que l'inspecteur, qui n'a jamais répondu à tes mails, à tes appels, à rien, t'appelle brusquement dans les 3 minutes qui suivent l'envoi du mail, pour te dire qu'il a justement trouvé deux remplaçants et qu'il te les envoie.

    On accueille donc, avec deux classes à répartir, les deux classes qui ont des remplaçants ne sont pas réparties mais laissées sous la surveillance des collègues, avec les portes ouvertes, en attendant les remplaçants.

    Ce jour là, imaginons que tu es arrivée dans ta classe:

    ... à 9h20 au lieu de 8h30

    ... à 10h45 au lieu de 10h15

    ... à 14h20 au lieu de 14h00 (quand la récré est à 15h00)

    ... à 15h 45 au lieu de 15h 15

    et qu'à chaque fois, tu as découvert tes élèves (et ceux répartis) en train de lire, calmement, sans un bruit...

    Là, ce jour là, tu as apprécié tes élèves bisounours, et aussi le fait que ça se passe en fin d'année, quand les CP savent lire.

    Imaginons qu'à midi, au moment où tu sors tes élèves, tu te retrouves nez à nez, à la grille, avec l'inspecteur... que tu invites bien entendu à aller discuter au calme... et que tu penses en toi même (M****! Mon gâteau que je devais aller chercher à la boulangerie pour me réconforter!)

    Imaginons que tu te prennes un sermon parce que quelqu'un a envoyé depuis la boîte mail de l'école un mot aux parents élus, leur demandant de l'aide pour intervenir auprès de l'inspection, parce que les conditions de sécurité n'étaient plus garanties.... Ce qui est vrai, mais il ne faut pas affoler les parents!

    Imaginons que tu entendes dire que si il y a deux remplaçants aujourd'hui, ce n'est pas parce que les parents appellent depuis 3 jours, ni parce que le syndicat est intervenu auprès du supérieur de l'inspecteur - bien que ce soit tout à fait votre droit, madame, de saisir les syndicats...- (Ben oui, encore heureux, et si vous saviez comme on a temporisé pendant 3 jours, avant de lâcher les chiens le syndicat, mais ça vous ne le saurez pas, monsieur l'inspecteur...)

    Imaginons que tu couvres l'enseignant qui a envoyé le mail (parce que ce n'est même pas toi, tu sais bien que ça ne se dit qu'à l'oral, avec la phrase qui conclue "chut, hein, ce n'est pas moi qui vous ai dit ça!), et que non, non, monsieur l'inspecteur, ce n'est pas la peine d'aller rappeler le devoir de réserve, en tant que supérieur hiérarchique, je pense savoir qui c'est et je vais lui expliquer...

    Imaginons que tu raccompagnes l'inspecteur au bout de 45 minutes, et que là, c'est mort, tu n'auras pas le temps d'aller chercher un gâteau.

    Mais bon... là, tu apprécies:

    - la journée de répit avec 2 remplaçants sur 4

    - les 3 jours suivants où tout le monde est remplacé

    - et puis, et puis,.. tu tombes presque en adoration devant ton collègue que tu connais depuis 18 ans, qui a vu l'inspecteur, a compris la situation, t'a acheté TON gâteau et te l'a offert!

    Et si...

     

    Pin It

    19 commentaires
  • Ma collègue nous a apporté le cahier dans la salle des maîtres, pour que nous puissions en sourire avec elle:

    Vu chez ma collègue

    Sans le Q, ça change le sens!

    Pin It

    8 commentaires
  • Chaque année, j'entends les mamans cancaner dans le couloir ou sur le trottoir, à propose du "pauv-collier-de-nouilles-que-la-maitresse-a-fait-faire-car-pas-d-idée...

    Cette année, j'ai des élèves super sympas, des parents pas désagréables dans l'ensemble, alors en plus du vrai cadeau, les enfants ont confectionné un deuxième cadeau, un cadeau-blague, avec un petit mot:

     

    "Madame, chaque année, vous en entendez parler, mais en avez-vous jamais eu un? Cette année c'est fait. Savourez ce petit clin d'oeil en famille, et bonne fête!"

     

    Je l'ai fait!

     

    Pin It

    26 commentaires
  • Journée intense en émotions, remplie de nervosité et de stress, que je vous raconterai... quand j'aurai le temps!

    Journée intense

    Pin It

    11 commentaires
  • Faut imaginer... une instit enceinte... pas prévisible du tout, le congé maternité? Donc elle est en congé dès le lundi, mais la remplaçante n'arrivera que à partir du jeudi. Une instit absente, une!

    Et puis une instit qui a la gastro, et donc se déclare pâle...

    Et puis une troisième qui doit faire face au décès d'un proche dans sa famille... pas remplacée depuis une semaine déjà...

    Et puis un instit parti 10 jours en classe découverte.

    Alors le vendredi, les élèves de l'instit enceinte ont été prévenus que pas de remplaçant...

    2 élèves ne sont pas venus.

    Les élèves de l'instit qui a eu un décès ont été prévenus que peu de chance d'avoir un remplaçant... 1/3 de la classe n'est pas venu.

    Bilan du matin? 56 élèves à répartir sur 6 classes. 9 à 10 élèves / classe, certains étaient sur un banc, avec le travail sur les genoux.

    L'après-midi, une enseignante était absente pour se rendre aux obsèques... 81 élèves à répartir sur 5 classes? Non, deux AVS ont gentiment accepté de garder les élèves de la classe au fond du couloir.

    La consigne syndicale? Mettre les enfants dans la cour, parce que sécurité non garantie.

    Euh... oui, mais 13 degrés, temps nuageux, du vent... 3 heures dehors, il y aura des déclarations d'accident en plus!

    Image associée

    Le lendemain, des classes sont en sortie. On recommencera. 4 classes pour accueillir 2 classes, ça doit tourner entre 9 et 13 élèves par classe.

    Pin It

    12 commentaires
  • Avril - mai, c'est la période des inscriptions. Les gens défilent dans le bureau et salle des maîtres, en veux-tu, en voilà...

    Je devais partir en sortie, je prépare mes tickets de métro, je prépare ceux de la remplaçante de ma directrice,  et je la vois arriver.

    - Ah, Audrey, j'ai tes tickets de métro, attends, ils sont où? et je fouille mes poches. Je relève la tête, je vois l'air interloqué de ma collègue qui fait la direction, avec moi, et je me corrige:

    - Ah non, pas Audrey, Mélodie! (Audrey c'était la semaine dernière)

    Je regarde à nouveau ma collègue, et je vois qu'elle est désemparée... Je regarde plus attentivement la personne en face de moi qui me regardait d'un air ahuri...

    - Vous n'êtes pas Mélodie? Vous n'êtes pas la remplaçante?

    - Mais non, c'est une maman d'élève qui vient inscrire son enfant en CP pour l'an prochain!

    Ah oui... Définitivement, je ne suis pas physionomiste!


    10 commentaires
  • Pourquoi je n'ai plus le temps?

    Il y a 10 jours, ma chère directrice devait manger chez nous. A 1/4 d'heure d'arriver, elle m'appelle pour annuler: elle venait de tomber, et attendait son mari pour aller aux urgences. Deux heures plus tard: péroné fracturé, 6 semaines de plâtre.

    Et....

    Pour la direction, il y a les commandes, les passages en 6ème à vérifier, les passages dans les autres classes, les inscriptions en CP...

    Ma collègue qui doit prendre l'intérim de direction, est jeune maman. On a donc négocié par mail avec l'inspecteur pour se partager le boulot (et surtout les deux journées de direction) même si on sait bien qu'une seule sera nommée et payée (et responsable - ce sera elle-)

    Lundi, jour de ma décharge de direction, j'ai eu une info préoccupante pour absentéisme, les inscriptions, les fiches de passage à récupérer, les inscriptions en cp, un gamin qui vient d'arriver dans l'école  mais en cm2 et donc il faut lui changer son affectation pour le collège de secteur.

    Mardi, jour de décharge de ma collègue, elle a eu à gérer une info préoccupante, un accident de travail d'une collègue, les inscriptions en CP, une mère sur les nefs qui a diffamé une collègue et les commandes. J'ai géré une situation d'attouchements sexuels dans ma classe, des inscriptions en cp, puis la rencontre avec le père de l'enfant auteur des attouchements.

    Jeudi, j'ai eu une sortie en matinée (où quand tu arrives,à 9h30, le gars t'annonce que non, il n'y a pas de réservation à ton nom, et puis ah si, il y en a une à 11h - et tu finis à 12h, tu vois mal comment tu aurais été stupide pour prendre un horaire si tardif, et puis ah si, c'est bon, c'est 10h), une réunion avec les collègues le midi,  j'ai rédigé l'information préoccupante pour les attouchements sexuels, rencontré les parents de la victime...

    Vendredi, j'ai eu une sortie en matinée (celle où ma collègue directrice devait faire chanter les enfants de nos deux classes, et moi, je n'y connais rien de rien en musique, même qu'une enfant m'a dénoncée à sa mère en disant que je ne connaissais pas les paroles des chants, et ce n'est pas tout à fait faux, on a emporté un cahier, mais ils sont monté sur scène, ont chanté, ensemble et sans fausse note, je crois, et sont redescendus sans que l'un ne tombe de l'estrade), puis ma collègue, à midi, m'a montré comment scanner des documents depuis le photocopieur, puis j'ai rappelé la famille de la gamine absente, différé l'envoi de l'info préoccupante, le temps d'enquêter pour savoir si elle est vraiment scolarisée ailleurs, ou en passe de l'être...

    Et lundi, je recommence, je suis à nouveau au bureau!

    J'avais dit à une brodeuse que mes élèves étaient tellement mignons cette année que je n'avais aucune anecdote à raconter? Ne vous inquiétez pas, je vais renouveler le stock!

     

    (image de Danger Ecole)

    Pourquoi?

    Pin It

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique